Santé des seniors : les kystes rénaux

Les kystes de reins sont de troubles fréquents qui peuvent apparaître au fur et à mesure qu’une personne avance en âge. Ils peuvent survenir à partir de 55 ans, mais il n’est pas rare qu’ils apparaissent aussi bien avant. Ces tumeurs contenant du liquide ou semi liquide sont en général bénignes et n’évoluent pas en cancer. Toutefois, il est toutefois utile de savoir les causes de ces kystes rénaux, les signes cliniques qui les accompagnent et le traitement adéquat.

Le kyste est une tumeur dont le conteneur est du liquide ou d’air. Il peut se trouver dans toutes les parties du corps humain comme les reins, par exemple. Ces derniers sont les viscères qui secrètent l’urine. Ils sont formés par des petits tubes qui font l’extraction du sang et la concentration de déchets. Ils s’occupent également de la rétention des substances nécessaires à l’organisme.

Les reins sont donc des glandes qui filtrent le sang, purifient l’organisme tout en assurant la régulation du sel et la concentration des éléments minéraux dans le corps humain. Ils produisent également des hormones qui régulent la pression artérielle et la production des globules rouges. Ils sont des organes importants pour le bon fonctionnement de l’organisme. Leur inflammation ou néphrite entraine une grave perturbation dans leur fonctionnement. Il en est de même pour l’insuffisance rénale ou encore l’insuffisance de l’élimination de déchets.

Dans le cas des kystes rénaux, il s’agit des grosseurs qui apparaissent à la surface du rein. En général, leur taille ne dépasse pas la grosseur d’une lentille, mais ils peuvent également avoir la taille d’un orange ou d’une pomme. Lorsqu’ils sont assez volumineux, le médecin peut les sentir lors de l’auscultation médicale. Il existe deux sortes de kystes : les masses kystiques bénignes et malignes. Le carcinome multiloculaire kystique et le carcinome tubulokystique font partie des tumeurs graves. Tandis que le kyste simple, le néphrose kystique, la tumeur épithéliale et stromale, le lymphangiome et l’angiomyolipome figurent dans les tumeurs kystiques bénins.

Touchant aussi bien les enfants que les adultes, le kyste rénal touche quelques milliers de personnes en France actuellement. Selon les études, les kystes simples apparaissent plus fréquemment chez les hommes surtout lorsqu’ils avancent en âge. Ces bosses grossissent de 2,8 mm par an. Les patients de moins de 50 ans affichent un grossissement de taille de kyste plus important dans le cas d’une grosseur multiloculaire. C’est une maladie qui se traduit notamment par la présence de poche d’eau dans les reins et qui peut avoir des conséquences graves sur la santé.

Les gênes

Notamment dans le cas des multi kystes, la cause est la génétique. En effet, selon les études menées par les professionnels, le ADPKD ou Polykystose rénale autosomique dominante est généralement dû à une malformation génétique qui cause la faiblesse des cellules rénales. Selon les estimations 50% des parents le transmettent à leurs enfants.

La maladie du rein
Mais outre la génétique, le kyste rénal peut aussi être causé par la faiblesse des parois rénales. Ces derniers, victimes d’un mauvais traitement sur le long terme, créer des poches qui se remplissent ensuite d’eau et qui cause le kyste rénal.

Comment savoir si vous êtes victimes de kyste rénal ?
Le kyste rénal se manifeste de différentes manières en fonction du patient et de sa taille. Ce peut être par des douleurs lombaires, de la fièvre, des douleurs dans le ventre, des problèmes de tensions, des maux de tête, et dans le pire des cas par la présence de sang dans les pipis. Il y a également les allers-retours trop fréquents aux toilettes.

À savoir que le kyste rénal, s’il n’est pas diagnostiqué et traiter rapidement peur se compliquer. Il peut s’infecter, exploser à l’intérieur du rein et/ou causer des cancers.

A son début, la maladie poly kystique rénale ne montre aucun symptôme. Toutefois, lorsqu’il y a des affections, une augmentation du volume de la bosse ou lorsque l’organisme ne parvient plus à éliminer les toxines dans le sang, des symptômes peuvent alors apparaître. Le patient peut avoir du sang dans les urines ou des infections de reins.

En faisant l’échographie, on peut aussi déceler des kystes dans le foie et le pancréas ou encore des calculs dans les reins. A part cela, le malade ressent de la douleur dans l’abdomen (cela est causé par l’accroissement du volume des reins). Le malade qui a de multiples kystes rénaux a également des mains et des pieds enflés et des paupières gonflées. Les mictions nocturnes fréquentes accompagnées de douleurs ou non, la présence de varices et des hémorroïdes ainsi que les maux de tête caractérisent l’existence de multiples kystes rénaux. 20 % des personnes souffrant de ces multiples kystes sont également atteintes de calcul rénal. Par ailleurs, l’hypertension est souvent le signe précurseur de cette pathologie. Le quart des patients souffrants de cette maladie développent également une anomalie des valves cardiaques. A noter que les kystes simples peuvent aussi engendrer une hypertension artérielle rénovasculaire.

Les examens médicaux et les tests permettent de déterminer la grosseur du kyste et leur nombre. La méthode la plus fréquente est l’échographie des reins. Le médecin peut également découvrir une grosseur rénale lors d’une autre échographie. Il fait ensuite l’analyse du sang pour s’assurer de la présence d’un taux important de toxines tandis que l’analyse de l’urine indique les globules rouges ou les protéines dans l’urine.

Le médecin peut également faire l’imagerie par résonance magnétique, mais en principe, l’échographie suffit pour déterminer les dimensions et le nombre des masses kystiques. A rappeler également que, dans la plupart de cas, ces bosses sont bénignes, mais il existe aussi des kystes rénaux malins. C’est pour cette raison qu’il est préférable de se rendre chez le médecin dès que le sujet âgé présente ces singes cliniques. En fait, un kyste de petite taille ne nécessite pas un traitement. Toutefois, s’il augmente, il commence à peser sur le rein, empêchant ainsi son bon fonctionnement. Il convient alors de suivre un traitement.

Le médecin peut choisir entre deux interventions en fonction de la taille des kystes et leur emplacement. Il peut choisir la ponction aspiration qui élimine le liquide dans la grosseur grâce à une injection. Cette technique pourrait être pratiquée pendant 3 jours de suite. Toutefois, si les kystes ne disparaissent pas ou s’ils font une récidive, ils nécessitent un traitement chirurgical. Dans le cas d’une pathologie poly kystique rénale, seule l’intervention chirurgicale permet aussi de régler le problème. L’opération consiste à une laparoscopie faite avec des instruments fins. Le traitement s’articule autour du drainage et de la brûlure du kyste. L’intervention ne requiert qu’un séjour hospitalier d’un ou de deux jours.

Comme on l’a déjà dit, ces maladies apparaissent avec l’âge. Une personne peut déjà avoir un kyste rénal dès 30 ans. D’où l’intérêt de garder les reins en bon état de santé et d’adopter un mode de vie sain. A cet effet, il est conseillé de boire deux litres d’eau par jour. En buvant de l’eau régulièrement, le sujet âgé évite la déshydratation, et son corps a moins de problèmes à éliminer les toxines nocives. S’il n’aime pas les eaux minérales, il peut boire des jus de fruits naturels peu sucrés. Cependant, les sodas et les boissons alcoolisées sont à proscrire. Il en est également le cas de l’usage de tabac et de la cigarette s’il souhaite conserver la bonne santé de ses organes. Le sel, les farines raffinées, le sucre sont également déconseillés pour les reins. Pour la santé du corps humain, les diététiciens conseillent aussi la consommation de fruits et de légumes frais. En revanche, les viandes rouges ne doivent pas se trouver dans l’assiette.

Les sujets âgés sont les plus prédisposés aux kystes rénaux. Cependant, ces pathologies peuvent également toucher des sujets plus jeunes. L’aspiration ou la chirurgie permettent d’éliminer la masse kystique ou de réduire sa grosseur. Toutefois, comme l’adage dit mieux vaut prévenir que guérir, le sujet âgé ferait mieux de boire au moins un litre et demi d’eau par jour et éviter la consommation de tabac, de l’alcool, du sel et du sucre. Il convient également de souscrire à un contrat de mutuelle senior pour faire face aux frais de santé qui pourraient être assez conséquents.