Mutuelle pour professions libérales : commissaire aux comptes

Les professionnels qui exercent sous ce statut sont souvent des travailleurs indépendants qui offrent une prestation intellectuelle. Les professions libérales réglementées comme l’avocat, l’architecte, le commissaire aux comptes nécessitent un diplôme pour pouvoir l’exercer. Ces professionnels sont rattachés au régime général de la sécurité sociale. La couverture du régime obligatoire étant insatisfaisante sur certains postes, il est recommandé de souscrire à une mutuelle pour professions libérales. Dans cet article, nous allons faire un tour d’horizon sur le métier de commissaire aux comptes, ses risques professionnels et la mutuelle adaptée à ses besoins.

Le CAC est un auditeur externe à une structure. Il a pour fonction de vérifier si les données financières de la structure sont en adéquation avec les normes dans le secteur. L’audit légal qu’il effectue est encadré par la loi et il peut même certifier les comptes annuels de la structure pour le paiement de la fiscalité. En cas de constatation de fraude dans la comptabilité de l’entreprise, il aurait à signaler cet évènement au Procureur de la République. Il peut aussi conseiller le chef d’entreprise sur la stratégie financière à adopter dans sa structure. Son intervention est incontournable dans certains cas. Par exemple, dans le cas d’une SARL ayant un bilan dépassant 1 550 000 euros et supérieur à 50 salariés ou un chiffre annuel hors taxe au-dessus de 3 100 000 euros. Ce métier réglementé est uniquement accessible aux professionnels inscrits à l’ordre des commissaires aux comptes. Une SAS doit aussi recourir à un commissaire aux comptes si elle possède un bilan dépassant 1 million d’euros, si son chiffre d’affaires annuel hors taxes excède 2 millions d’euros ou si elle emploie plus de 20 salariés. La durée de la mission de ce professionnel est de 6 ans renouvelables. A noter que la plupart des commissaires aux comptes sont des experts-comptables.

Ce métier intellectuel qui requiert un respect sans failles des lois n’est pas exposé aux risques de troubles-musculo-squelettiques dues aux mauvaises postures au travail mais ce professionnel peut avoir la fatigue physique due aux horaires décalés ainsi que la fatigue visuelle. Or, le remboursement du régime obligatoire de l’hospitalisation et des soins optiques, dentaires et médecine douce est insuffisant. Il importe de souscrire à une assurance santé complémentaire dédiée aux professions libérales afin de bénéficier d’une meilleure prise en charge en cas de problèmes de santé. Il existe de nombreuses mutuelles qui proposent une telle assurance. Afin de dénicher celle qui propose la meilleure offre en matière de prix et garanties, le recours à l’outil de comparateur de mutuelles en bas de ce site est à préconiser. Cet outil gratuit et sans engagement aide les souscripteurs à sélectionner l’offre la plus pertinente répondant à leurs besoins et à leur budget.

Le groupe SPVIE fait partie des assureurs proposant une protection santé complémentaire pour les professions libérales. Sa formule est accessible à partir de 30 euros en fonction de l’âge et de la localisation géographique de l’assuré. Le contrat prévoit un forfait annuel pour le bien-être (pédicure, podologue, diététicien pour les ayants-droit de moins de 12 ans) et la prévention de maladie (visite chez le psychomotricien, psychologue…) la médecine douce (acupuncteur, chiropractie, homéopathie, ostéopathie et le sevrage tabagique. Les formules proposent aussi des frais d’accompagnant, de service d’assistance ainsi que le tiers payant. La souscription ne nécessite pas le remplissage de questionnaire médical et la couverture santé s’applique sans délai de carence. Les intéressés peuvent demander une demande de devis gratuit sur le site de l’assureur en fonction de la formule de leur choix.