Les mutuelles seront-elles capables de stabiliser les dépenses de soins ?

L’institut de recherche et documentation en économie de la santé ou IRDES a sorti des statistiques au sujet de la couverture santé. D’après les chiffres, il existe plus de 15% des Français tentent d’annuler leur contrat de couverture de santé. La principale raison est que leur budget est de plus en plus limité. Ainsi, ces derniers ne veulent pas payer en plus une couverture de toutes les dépenses. Face à cela, un nouveau projet de loi est envisagé pour remédier à ce problème. Cette initiative permettra aux mutuelles santé d’offrir un remboursement plus intéressant à ses assurés.

Cependant, l’application de ce projet est contestée par les syndicats des médecins et ces derniers le considèrent cela une privatisation du système.

En quoi se rapporte précisément la proposition de loi ?

Ce projet de loi proposé est, en réalité, la conception du président du parti socialiste à l’Assemblée nationale, Bruno Le Roux. Il vise premièrement à apporter une réforme sur le Code de la Mutualité. En outre, son principal objectif c’est de permettre aux mutuelles d’octroyer un meilleur remboursement plus adéquat à ses assurés, que ce soit pour les soins dans un établissement de santé ou auprès d’un professionnel de santé ou un service de santé.

Toutefois, il est à savoir que ce système est déjà mis en marche pour certains postes santé, tels que pour l’optique et le dentaire. Par contre, ces derniers discutent encore du tarif avec les mutuelles. Grâce à cela, les assurés peuvent jouir d’une réduction pour les soins dentaires ou l’achat des lunettes.

Les différents avis concernant la proposition

Suite à l’annonce de ce projet de loi, les mutuelles ont affirmé leur volonté à étudier les tarifs des soins (pour plus de détails concernant les tarifs des mutuelles). Toutefois, selon leur avis, c’est une forme de privatisation de la santé. D’après encore ce qu’elles ont déclaré, ces dernières s’estiment comme étant plutôt une complémentaire de santé mais pas trop financeur principal. En effet, le coût des soins dentaires et de l’optique a été optimisé par la prise en charge des mutuelles.

Pourtant le projet de loi n’évoque en aucun point que la disposition va être bernée seulement sur l’optique ou les soins dentaires. Il y en a même qui estime à l’avance que le système de réseaux aurait un impact sur les médecins généralistes et spécialistes qui seront aptes à être mieux remboursés lorsque ces derniers entre dans le réseau mutualiste.

Ce qui pourrait être un problème est que les adhérents seront contraints de voir seulement les médecins recommandés par la mutuelle. Selon l’avis des syndicats des médecins libéraux et les syndicats d’interne, cette mesure va à l’encontre de la liberté du choix du patient de son médecin.