L’assurance santé et les garanties des troubles auditifs fréquents chez les seniors

La capacité auditive d’un individu diminue avec l’âge. Selon une récente statistique, le tiers des plus de 50 ans en France souffrent d’un trouble auditif. Et ils sont nombreux à engager d’importantes dépenses pour un confort accru et une communication retrouvée. Heureusement, ils peuvent compter sur le secours d’une bonne mutuelle santé.
Plus la personne est âgée, plus sa capacité auditive se réduit. Récemment, on a constaté que le tiers de la population des cinquantaines en France sont victimes d’un trouble auditif. Plusieurs d’entre eux n’hésitent pas à dépenser des fortunes afin de retrouver la communication avec le confort. Une bonne mutuelle santé peut s’avérer être une grande aide pour eux.

Principalement, son rôle est de compléter entièrement ou partiellement la prise en charge effectuée par la Sécurité sociale, en ce qui concerne ce type de besoins en santé qui se montre souvent hors de prix.

Normalement, les garanties des mutuelles pour les troubles auditifs seniors vont bien au-delà dudit traitement de cette maladie.
Par exemple un senior requiert l’utilisation d’un appareil auditif afin d’avoir une bonne audition. Dans ces cas, la mutuelle peut délivrer totalement ou partiellement un remboursement de ces frais.
Evidemment, le mieux c’est de trouver une mutuelle proposant des offres adéquates. De plus les offres des mutuelles de cette tranche d’âge sont souvent avantageuses.

Le taux de remboursement par l’Assurance Maladie ou la sécurité sociale de l’appareil auditif est de 60% de la base, soit 180 euros par appareil auditif, peu importe la marque de l’appareil. On demande juste la présentation d’une pièce justificative (factures de l’appareil, feuille de soins, prescription médicale, audiogramme).
La valeur du remboursement complémentaire fournie par les mutuelles peut être différente selon le contrat du ticket modérateur jusqu’à 4 fois du tarif conventionnel.

Les Anciens Combattants qui souffrent de surdité à cause de la guerre bénéficient d’un remboursement pareil à celui des personnes de 20 et moins.
Les surdités professionnelles sont remboursées à 100% par la sécurité sociale, équivaut à 300 euros et normalement, accompagné d’un complément des assurances de l’employeur.
Les personnes aux revenus faibles (personnes défavorisées) ont le droit de demander une aide particulière auprès de la Sécu. Il faudrait juste se munir d’une prescription médicale d’un médecin ORL et aussi d’un devis d’appareillage auditif pour que le dossier puisse être validé. Pour cela, le mieux c’est de prendre rendez-vous avec une assistante sociale qui saura orienter le patient pour la demande.
Une fois que le dossier est présenté à une commission adéquate, des fonds de secours et de systèmes de paiement échelonnés seront possiblement débloqués. Les aides peuvent être versées directement au professionnel de santé, auprès de qui le patient a acheté l’appareillage auditif.
Il est aussi possible de demander des fonds de secours auprès des mutuelles en présentant une demande écrite.

Le patient peut aussi demander un statut de travailleur handicapé, catégorie A, B ou C et également une aide, à l’aide de la M.D.P.H. (Maison départementale du handicap). Il suffit juste de remplir le formulaire unique.

Les travailleurs du secteur privé peuvent aussi avoir droit à une aide financière auprès de l’ (Association de Gestions du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des personnes Handicapées) tant que le port de l’appareil soit une nécessité pour leur travail. Mais pour cela, il est nécessaire de dresser une demande de reconnaissance de travailleur handicapé auprès de la M.D.P.H.
Certaines associations telles que Axes Maintien dans le travail et CAP EMPLOI sont également en mesure d’orienter les patients concernant les démarches à suivre.
Il est conseillé de consulter le comité d’entreprise adéquat qui pourra permettre l’obtention du financement de l’appareillage (EDF, CEA…).

Il existe un Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique
Le Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique est éventuellement disponible.

Ce groupe d’assurance fondé vers la fin du 18è siècle et qui figure en tête de liste des assureurs européens commercialise aussi un contrat dédié au meilleur remboursement des personnes âgées. Les besoins de ces derniers diffèrent en effet des jeunes actifs. Outre la prise en charge des troubles auditifs et les lunettes, les consultations chez le radiologue, les analyses, les soins dentaires et évidemment les frais d’hospitalisation sont parmi les garanties indispensables pour eux.
Le contrat Santhia senior de cet assureur propose 5 niveaux de remboursement. Il ne nécessite pas le remplissage de questionnaire médical et la garantie s’applique immédiatement. Pour la formule la plus performante, les consultations, visites, actes techniques et radios de spécialistes pour les médecins de CAS sont pris en charge à hauteur de 200 % de la BRSS contre 180 % pour les professionnels de santé non CAS. Les actes d’auxiliaires médicaux, le transport du malade, l’hospitalisation à domicile sont aussi remboursés à hauteur de 200 % de la base du remboursement de la sécurité sociale. La garantie inclut le tiers payant pour la pharmacie, le labo d’analyse, les soins externes, les postes optiques et les visites chez les auxiliaires médicaux. L’assureur propose aussi un réseau de carte blanche en soins optiques et bien-être ainsi qu’une option confort hospitalisation, pack optique-dentaire et bien-être pour tous les niveaux et un pack eco-pharma. Aviva propose également un remboursement rapide sous 24 h ouvrés.
Des services d’assistance accompagnent le contrat. Les seniors intéressés peuvent faire une demande de devis gratuit sur le site de l’assureur. S’ils souhaitent aussi dénicher la mutuelle santé la moins chère pour les seniors, ils peuvent recourir au comparateur de mutuelles en bas de ce site. Cet outil gratuit et sans engagement permet de comparer plusieurs contrats en quelques clics. Il leur suffit par la suite de vérifier l’existence du tiers payant, l’étendue des services d’assistance etc.