Santé seniors après 50 ans : le ramollissement de la musculature

Plus l’âge avance, plus la capacité de renouvellement des cellules diminue. Les muscles peuvent perdre du volume et de la force s’ils sont sujets à des maladies comme la sarcopénie ou la dystrophie musculaire liée à l’âge. Ce qui fait perdre l’équilibre à la personne atteinte et l’empêche également de courir. Dans les cas plus graves, cela le conduit à la paralysie ou à la perte d’autonomie. Le ramollissement de la musculature peut toucher divers muscles : ceux de fesses, des abdominaux, du dos, des muscles de la respiration, etc. Zoom sur les symptômes, le traitement et les mesures préventives du ramollissement de la musculature.

Les muscles qui s’atrophient peuvent montrer des signes comme le gonflement ou la raideur de la zone atteinte. Celle-ci peut devenir rouge et chaude. Sur le long terme, cela entraîne la faiblesse et l’instabilité du patient. Si ce sont les muscles du genou qui se ramollissent, le senior âgé aurait du mal à étendre ou à fléchir son genou. Il présente des difficultés à courir et fait des chutes fréquemment. Si ce sont les muscles du dos, la personne a une démarche dandinant. Si ce sont les muscles de poitrine qui s’affaiblissent, dans le cas des maladies bronchiques, troubles pulmonaires ou l’angine de poitrine, le patient montre un signe d’essoufflement ou de halètement.

S’il s’agit de la sarcopénie, au stade initial de la maladie, le senior fait état de baisse de masse musculaire. Lorsque la maladie évolue, il perd sa force physique. Arrivé à un stade avancé de la pathologie, le sujet âgé risque de contracter un handicap physique voire, le décès si la maladie n’est pas traitée.

S’il s’agit de la fonte musculaire liée à l’âge, la personne commence à avoir de difficultés, même en montant les marches d’un escalier ou en faisant le ménage. La fonte et le ramollissement des muscles entraînent un état de fatigue, de faiblesse, des troubles de la marche et une dépendance sur le long terme.

Avant tout, rappelons que les muscles sont formés de fibres musculaires irritables qui peuvent entrer en contraction. Ils ont pour rôle d’assurer les mouvements d’une personne. Ils sont composés en grande partie de protéines. Ce sont des molécules qui servent à entretenir les muscles. Ils sont produits naturellement par le corps humain ou apportés par la nourriture. Or, en vieillissant, la synthèse des protéines ou la production de protéines affiche une baisse.

Le système digestif ne distribue plus suffisamment la nourriture ingérée à l’ensemble des muscles. En outre, le manque d’activité physique favorise le déséquilibre de protéines qui cause le ramollissement de la musculature. Outre le déséquilibre protéique, la vieillesse, la dénutrition ou le mauvais régime alimentaire entraînent également l’affaiblissement des muscles. Le mauvais fonctionnement des glandes du système endocrinien et la sédentarité sont également indiqués parmi les causes de l’affaiblissement de la musculature. Les sujets âgés de santé fragile et les obèses, qui ont de difficulté à se déplacer ou qui n’aiment pas bouger même à l’intérieur de sa maison, peuvent être également sujets à cette maladie.

Enfin, le facteur génétique entre également dans les facteurs déclenchant le ramollissement des muscles. Dû à son patrimoine génétique, un senior peut montrer par exemple une faiblesse de la synthèse des protéines musculaires ou une maladie pulmonaire. C’est pour cette raison que les médecins préconisent la pratique d’une activité sportive comme la marche, la natation, la gym ou même le fait de monter et descendre les marches d’un escalier pour améliorer l’état des muscles.

L’affaiblissement de la musculature, qui évolue souvent à l’insu de la personne atteinte, peut n’apparaître que vers 60 ans ou plus tard. Comme dans le cas de la perte musculaire ou de la sarcopénie, le sujet âgé ayant les muscles atrophiés a plus de risques de faire des chutes. Tel cas pourrait conduire à sa dépendance ou à sa perte totale d’autonomie (utilisation de fauteuil roulant). Par ailleurs, s’il est sous traitement dans un hôpital pour d’autres pathologies, le ramollissement de ses muscles impacterait sur la durée de son hospitalisation. Dans la vie sociale, les maladies liées aux muscles nuisent à la qualité de vie de la personne. Le malade aurait le dos cambré si les muscles abdominaux sont touchés. Si la maladie s’étend aux muscles de l’omoplate et des épaules, le patient aurait des problèmes même à lever le bras. Si ce sont les muscles respiratoires qui se ramollissent, le patient aurait plus de risques de développer des infections broncho-pulmonaires ou d’atteinte cardiaque. Par ailleurs, le manque de fréquence de mouvements provoque, à long terme, une fragilité osseuse pouvant conduire à l’ostéoporose. Il convient donc de dépister précocement une maladie musculaire pour la prévenir ou retarder son apparition grâce à un traitement approprié.

Comme le ramollissement de la musculature a différentes sources, le médecin prescrit le traitement adéquat selon les symptômes. Dans le cas de la sarcopénie, par exemple, il préconise une hausse de l’apport protéique. On peut le trouver dans les œufs, le lait entier ou enrichi, la viande, etc. Si la pathologie est grave, le médecin pourrait indiquer la prise de suppléments alimentaires comme l’acide ursolique ou la L-citrillune. En plus de ce traitement, il peut préconiser aussi un régime alimentaire plus riche en fruits et légumes, une réduction des aliments ayant de forte teneur en sucres raffinés ainsi que la consommation, d’au moins, un litre et demi d’eau. Le médecin peut prescrire également la pratique d’une activité sportive minimale non traumatisante comme le stretching, la natation avec des mouvements lents et légers, etc. Dans tous les cas, le senior âgé devrait accorder un temps de repos à son corps s’il a l’habitude de travailler.

Enfin, dans le cas d’atteinte des muscles de la respiration, le médecin décidera, après l’examen clinique, du traitement à suivre pour traiter la maladie. A noter que les causes du ramollissement des muscles de la poitrine sont nombreuses : angine, pneumonie, asthme, bronchopneumopathie chronique obstructive etc.

La prévention consiste à éliminer les facteurs qui pourraient favoriser l’affaiblissement des muscles de l’organisme. S’il s’agit du ramollissement des muscles de la respiration, par exemple, il est conseillé d’arrêter la consommation de tabac et de cigarettes. Le senior ferait mieux aussi de régler son problème de surpoids et sa vie sédentaire. En effet, le fait de mener une vie inactive favorise l’atrophie des muscles et les attaques musculaires. La révision de son régime alimentaire permet également au senior âgé de renforcer ses muscles. Dans tous les cas, pour les seniors de plus de 50 ans, il est toujours prudent de passer un examen annuel afin d’éviter le développement ou l’apparition des maladies chroniques ou des nouvelles maladies.

Remarque : Les dépenses santé des seniors âgés sont assez coûteuses surtout si la personne âgée affiche une baisse de revenus à la retraite. La souscription à un contrat de complémentaire santé seniors permet d’avoir un remboursement en complément de la prise en charge de l’Assurance-maladie.

A partir de 30 ans, la masse musculaire des personnes, même si on est en bonne santé, diminue de 1% à 3% par an. Entre 50 ans et 60 ans, la diminution de la masse musculaire s’accélère jusqu’à plus de 8% par an. entre 60ans et 70ans, les personnes risquent la sarcopénie qui est un vieillissement musculaire jusqu’à 25% et à plus de 80 ans, ce taux monte entre 30% et 50%.

De nature, le muscle ou les muscles se développent lorsque l’homme le sollicite. Sinon, le ou les muscles ont tendance à fondre et à se ramollir avec l’âge et finissent par perdre en efficacité. La stimulation doit être commencée dès la jeunesse et maintenue jusqu’à la limite de la force humaine du senior.

En fait, la perte en efficacité s’accentue avec l’âge, surtout par manque de stimulation, d’entretien et d’activité de musculation. Même à 70 ans, le senior a intérêt à tonifier ses muscles en pratiquant des activités physiques adaptées. A noter que les muscles tonifiés permettent au senior de préserver leur autonomie et permettent de faire face aux contraintes et aux difficultés de la vie qui risquent de peser sur son corps.

Pour tonifier ses muscles et combattre leur vieillissement, le senior peut pratiquer progressivement de la musculation. Les exercices de surcharge doivent être associés à une alimentation équilibrée, contenant notamment de protéines, des fruits et légumes, des poissons et des volailles, etc. Les exercices doivent être pratiqués régulièrement, car l’objectif est également d’écarter l’évolution de la sarcopénie et donc, c’est la meilleure méthode. En tout cas, il faut éviter les exercices de renforcement musculaire qui sont traumatisants. L’essentiel est d’être régulier avec les mouvements simples. L’encadrement d’un coach est sollicité pour éviter les accidents.