Santé des seniors : la prise en charge des urgences

Les sujets âgés font partie d’un groupe de patients ayant des cas spécifiques dans les services d’urgence. En effet, les seniors avancés en âge sont souvent sujets à des maladies hétéroclites, à des affections de longue durée ou à des chutes récidivantes. Tout cela exige un traitement et un séjour hospitalier plus long. En outre, leurs maladies requièrent également divers examens complémentaires. Ce qui implique ainsi une durée plus longue en hôpital et dans les services d’urgence pour obtenir le résultat des tests. Le délai d’obtention du lit est également plus long pour le patient âgé. Le point sur la prise en charge des urgences des personnes âgées.

Plus une personne avance en âge, plus elle pourrait contracter des maladies liées au vieillissement, à l’affaiblissement physique ou d’autres affections dégénératives. Les seniors âgés peuvent effectivement souffrir de fracture de fémur, de problème de reconnaissance de personnes ou d’objets, de troubles de mémoire, de problème de hausse de pression artérielle ou de la hausse du taux de glycémie etc. De plus, les perturbations tendent à s’accumuler avec l’âge si le sujet âgé n’aime pas faire des exercices physiques et s’il ne garde pas un œil sur son régime alimentaire. La durée moyenne de passage en urgence pour les seniors âgés de plus de 75 ans est ainsi de 4 h. Tandis que pour les personnes de 20 à 75 ans, elle est de 2 heures et quelques minutes. La demande d’obtention du lit est également plus longue pour les seniors âgés (une situation qui ne s’applique pas dans les cliniques).

Les sujets âgés constituent un groupe de patients particuliers à cause de leur polypathologie. En effet, il n’est pas rare de trouver un senior plus de 70 ans atteint de dépendance, de diabète, d’AVC ou encore ayant un taux de cholestérol élevé. A cela s’ajoutent les fragilités osseuses et les problèmes de démence. Ce qui justifie donc à juste titre les soins plus complexes et la prise en charge plus compliquée que pour les autres patients. C’est pour cette raison qu’il est toujours conseillé pour les personnes avancées en âge de souscrire à une mutuelle senior afin d’obtenir un remboursement plus avantageux de leurs dépenses soins. D’autant plus que les formules dans bon nombre de mutuelles santé senior peuvent être personnalisées selon le besoin de l’adhérent. Le coût d’une hospitalisation peut en effet flamber si le senior âgé doit faire plusieurs examens ou s’il doit passer dans un autre service comme le service de chirurgie par exemple.

Selon les enquêtes, lors de passage en urgence, le risque de rester plus de 8 h à l’hôpital est fréquent pour le senior de plus de 75 ans. 56% pour les personnes très avancées en âge contre moins de 20% pour les personnes moins de 74 ans. De plus, ils vont souvent en urgences parce que leur cas est quelquefois déjà grave : perte de conscience, fatigue générale, dépendance etc. Ce sont notamment les passages en UHCD qui affichent une durée plus longue pour les patients âgés. Cela est tout aussi vrai pour les patients qui rentrent à domicile aussi bien que pour ceux qui devront suivre leur traitement dans un autre service. Selon l’enquête, presque1 personne âgée sur 5 a fait un séjour en UHCD lors de leur arrivée en urgence contre une personne sur treize pour les enquêtés de moins de 74 ans. A rappeler que l’UHCD est dédiée pour l’hospitalisation à durée déterminée des patients.

Le service permet d’évaluer l’évolution de la maladie du patient avant l’orientation (il peut retourner à domicile ou être admis à l’hôpital). Il peut aussi faire les examens pour le diagnostic et effectuer des soins de courte durée comme le cas de crises asthmatiques par exemple. Un autre service ou des examens complémentaires peut le suivre (radiologie, biologie, échographie etc.). Ce qui rend également plus long le passage en urgences des sujets âgés, c’est aussi les modalités d’hospitalisation (l’attente pour obtenir une place libre, le type de service dont il a besoin, le transfert dans un autre centre hospitalier si l’hôpital en question ne dispose pas de matériels adéquats pour le traitement de sa maladie etc.).

Par ailleurs, on observe que la durée de passage en UHCD dépend des conditions du séjour hospitalier en urgences. Les patients souffrant de problèmes de respiration, de cœur, de digestion ou ceux ayant des problèmes de traumatismes restent plus de 8 h en urgence. Si le patient accepte d’être opéré ou si le médecin prend une décision rapide sur l’opération, cette durée peut être moins longue. Dans ce cas, l’hospitalisation se concentre sur la correction ou la prévention des difformités du corps du patient après l’intervention chirurgicale. A noter que les séjours en UHCD est plus courant chez les cliniques privé payantes ou non que chez les centres hospitaliers.

Le taux de l’âge des sujets âgés admis en urgence en centre hospitalier est plus élevé que ceux hospitalisés dans les CHR, ou les cliniques. Cela est peut-être dû au service spécialisé de gériatrie dans les centres hospitaliers. Cette préférence peut aussi être le choix du patient ou l’habitude des points d’accueil recevant des personnes plus avancées en âge. Dans tous les cas, l’équipe gériatrique essaie de faciliter le parcours hospitalier du sujet âgé afin de lui éviter un séjour hospitalier inadapté. En d’autres termes, l’intervention du gériatre ne diminue pas obligatoirement la durée du passage en urgence mais permet d’optimiser l’autonomie du patient.

Les personnes âgées de plus de 75 ans passent beaucoup plus d’heures dans les services d’urgence. Cela parce qu’ils ont souvent des pathologies diverses qu’il faut traiter. Par contre, le recours à un gériatre diminue le passage en UHCD.

Accidents, maladies, besoins urgents de suivi médical : les urgences des hôpitaux sont prêtes à vous accueillir. Selon le cas, il faut toujours prévoir des démarches administratives de toutes sortes.

Remplir le formulaire
Malgré l’urgence de votre cas, vous devez remplir un formulaire d’admission pendant votre arrivée aux urgences. C’est généralement une démarche que vous pouvez confier à ceux qui vous accompagnent. Outre votre nom, vous devez notamment renseigner l’administration de l’hôpital de votre situation. Le but étant de savoir si vous avez ou non une couverture sociale et qui aura la charge de votre facture d’hospitalisation.

Quelques documents à fournir
Si vous avez une assurance senior, il faudra vous munir de quelques documents, à savoir : votre carte vitale et votre attestation d’assurance santé. Si vous avez le second justificatif, vous pouvez profiter d’un soin avec reste à charge 0.

Si la carte vitale est affiliée à la Sécurité Sociale, l’attestation d’assurance santé vient des mutuelles. Elle vous permet d’éviter de payer la totalité du ticket modérateur à la caisse. Les assureurs peuvent se charger directement des frais d’hospitalisations, des dépassements d’honoraires ou encore des frais de confort. Tout dépend des garanties auxquelles vous avez souscrit.

Pas d’attestation de prise en charge : comment ça marche ?
En l’absence d’une attestation de prise en charge de la part des assureurs, vous allez devoir vous acquitter en amont de tout le ticket modérateur. Exit le système de tiers payant, vous allez devoir vous contenter d’une demande de remboursement. Pour le remboursement, vous devez présenter l’attestation de paiement venant de l’hôpital ou du trésor public avec un formulaire de demande de remboursement à la caisse de l’assurance. En fonction de votre assureur et des formalités administratives de rigueur pour la vérification de votre dossier, le recouvrement peut mettre plusieurs semaines voire des mois.