Mutuelle santé senior : l’autisme des personnes agées

Cette pathologie qui se manifeste souvent avant l’âge de 3 ans chez les enfants peut aussi être diagnostiquée chez l’adulte. Pour ce dernier, les signes indicateurs peuvent être confondus avec la maladresse ou le marque de la solitude ou l’avancée en âge. Les personnes qui souffrent de ce trouble ont des habilités sociales défaillantes. L’autisme ne peut pas être guéri mais une prise en charge précoce permet d’améliorer les capacités d’interaction avec autrui. Zoom sur les symptômes, causes et traitement de cette maladie ainsi que la prise en charge de l’assurance-maladie.

Ce trouble dont on doit au professeur Leo Kanner la découverte se caractérise par une perturbation au niveau du comportement, de langage et de la sociabilité du sujet atteint. Il affecte 1 sur 50 enfants soit 1 300 000 autistes en France. Les premiers symptômes de cette maladie apparaissent ordinairement dès le plus jeune âge avant 3 ans mais les adultes peuvent être aussi affectés par ce trouble. Les signes permettant de détecter la présence de l’autisme sont les suivants :

  • l’autiste a de problèmes à comprendre les expressions de visage des personnes qu’il voit. Il n’est pas capable d’interpréter les émotions et les intentions des autres.
  • l’enfant ou l’adulte souffrant de ce trouble n’arrive pas aussi à exprimer son ressenti et il ne répond pas lorsqu’on l’appelle par son nom. Chez l’enfant, on assiste également à une disposition à jouer seul sans se faire des amis de son âge et il n’aime pas qu’on le caresse.
  • l’enfant atteint de ce trouble ne commence pas aussi à parler que dans les 30 mois, c’est-à-dire plus tard que les autres enfants normaux. Il perd aussi les mots qu’il a déjà appris et avec sa voix chantante, il peut ressasser des mots dont il ne comprend pas leur signification. Ces troubles se répercutent sur sa capacité de soutenir une conversation.
  • l’enfant autiste fait également des mouvements répétitifs et il se montre très dépendant à des rituels inutiles. Sa sensibilité est aussi aiguisée ou émoussée au toucher, aux sons ou à la lumière et il n’arrête pas de bouger. Côté comportement, le patient atteint de ce trouble peut se montrer également agressif envers lui-même ou envers autrui.
  • A ces signes s’ajoutent le problème d’acquisition de l’usage de la parole, les troubles de sommeil, les angoisses, le refus du contact avec le monde extérieur et le retard de développement mental.
  • chez l’adulte, on observe aussi des signes comme les compétences exceptionnelles et d’aptitude à la prosodie

Remarque : les symptômes de l’autisme peuvent différer d’un enfant à l’autre. Pendant la petite enfance, ils peuvent aussi ne pas se montrer que lorsque l’enfant entre en crèche, ou en école. Les signes se déclenchent du fait de l’interaction avec les autres enfants.

Jusqu’à ce jour, les chercheurs n’arrivent pas encore à établir les facteurs causant l’autisme. Auparavant, les psychanalystes pensaient qu’il est dû à des relations déséquilibrées entre le parent et l’enfant. Mais cette hypothèse n’a plus cours. Les études montrent plutôt des causes d’origine génétique, biochimique, ou de problème d’immunité ou de traumatisme lors de la survenance de ce trouble. Concernant le facteur génétique, une étude a montré qu’une famille ayant déjà un enfant autiste présente un taux de probabilité de 3 % d’apparition de ce trouble chez un autre enfant de la famille.

Les troubles du spectre autistique (TSA) ne peuvent pas être guéris. D’où l’intérêt de faire un dépistage précoce et de réaliser un diagnostic avant l’âge de 3 ans pour les enfants afin de mettre en place un traitement approprié. Les médecins ne considèrent plus ce trouble comme une maladie psychologique. Ils le définissent comme une affection neurologique et du développement due à des anomalies du système nerveux central. Pour faire le diagnostic, le professionnel de santé se base sur le comportement du sujet et sur les signes du développement du trouble.
En général, le diagnostic de cette affection se fait lorsque l’enfant a entre 3 à 5 ans. Pour les enfants, les signes avant-coureurs peuvent être décelés plus facilement que chez les adultes. En effet, ces derniers peuvent camoufler leur trouble ou leur préférence à s’isoler par leur timidité ou leur discrétion ou absence du sens d’humour. Le fait de ne pas supporter les lumières vives et les bruits forts ne signifient pas forcément aussi que la personne adulte est autiste. Elle peut aussi piquer de colère vive lorsqu’il y a quelque chose qui a bouleversé le rythme de son quotidien sans pour autant indiquer qu’elle est autiste. Ainsi, les caractéristiques de repli sous soi-même ou de colère ne suffisent pas à elles seules pour déterminer si la personne souffre de cette pathologie ou non. Pour faciliter le diagnostic, le médecin tient compte d’autres caractéristiques comme le manque d’empathie, les problèmes persistantes au niveau du langage et à l’échange social etc.

D’abord, pour prévenir l’apparition ou le développement de ce trouble, il convient d’amener rapidement l’enfant chez un spécialiste lorsqu’il ne fait pas de babillage à l’âge de 12 mois ou il ne dit aucun mot à l’âge de 16 mois ou ne fait aucun geste pour communiquer. Le rôle du médecin traitant de l’enfant est important dans l’identification des troubles du spectre de l’autisme.
Le traitement permet d’améliorer les symptômes et il est possible pour une personne autiste bénéficiant d’un traitement adéquat de vivre normalement si son trouble est pris en charge précocement. Les thérapies éducatives consistent à améliorer les capacités de communication avec les autres. Les médicaments comme la mélatonine, ou l’ocytocine peuvent être aussi utilisés. Seuls les cas graves sont traités en institutions ou centre d’actions médico-sociales.

La sécurité sociale rembourse le parcours de bilan et l’intervention médicale pour l’accompagnement et le diagnostic d’un enfant de moins de 7 ans souffrant d’autisme. Ce remboursement requiert cependant l’établissement d’une prescription médicale. Les médecins et spécialistes peuvent ainsi faire une consultation longue avec une prise en charge de 60 euros. Cette mesure vise à faciliter le repérage des sujets concernés tout en améliorant le remboursement de leur diagnostic. Grâce à ce bilan, il est possible d’avoir une confirmation du diagnostic et de mettre en œuvre le traitement adéquat.
A noter que cette prise en charge de l’assurance maladie est loin d’être satisfaisante. Elle prend en charge à hauteur de 70 % les dépenses de soins dans les centres de radiologie. Le reste 30 % nécessite la prise en charge d’une mutuelle santé senior. La souscription à une complémentaire santé senior adéquate permet de bénéficier d’un tiers payant et de moduler ses niveaux de remboursement. Une bonne mutuelle santé senior peut ainsi rembourser à hauteur de 400 % les dépassements d’honoraires ou les consultations des médecins….
Pour trouver l’assurance santé moins chère qui répond à ses besoins et à son budget, le senior fera mieux ainsi de passer par l’outil de comparateur de mutuelles en bas de ce site. Cet outil gratuit et sans engagement les permet de trouver en quelques clics l’assurance-santé proposant la garantie la plus intéressante au niveau du budget et au niveau du remboursement de leurs problèmes de santé.

La compagnie d’assurances mutuelle Matmut qui gère un portefeuille de 6 600 000 de clients fait partie des assureurs proposant une complémentaire santé senior. Son offre composée de 4 niveaux de garanties différents est dédiée aux personnes âgées de plus de 55 ans. Cette assurance permet de bénéficier de renfort lunettes à partir du niveau 2, de renfort prothèses auditives, de prise en charge des soins dentaires non remboursés par l’assurance-maladie comme l’implant racine, la parodontie, l’orthodontie ainsi que la prothèse dentaire. Le contrat permet également de bénéficier d’une meilleure prise en charge de cures thermales, et de soins non pris en charge par le régime général comme l’ostéodensitométrie. En cas de situation de dépendance, l’assureur propose également des prestations d’assistance comme le soutien aux aidants familiaux.
Voici quelques exemples du remboursement de cette mutuelle dans la formule senior niveau 3 et niveau 4. La chirurgie est prise en charge à hauteur de 150 % du BR et de 200 % du BRSS, la chambre individuelle est remboursée à hauteur de 50 euros par jour et de 80 euros par jour + 15 euros par jour dans la limite de 90 jours par an. Les soins dentaires comme les bridges sont remboursé à hauteur de 360 % du BR et de 480 % du BR. Concernant le remboursement des actes non pris en charge par la Sécurité sociale comme la parodontie, la prothèse provisoire, l’endodontie, cette mutuelle propose un remboursement de 200 euros par an et de 300 euros par an pour le niveau 4 . En ce qui concerne la cure thermale, la chirurgie plastique réparatrice remboursée par la Sécu, l’appareillage auditif et la chirurgie de l’oeil, la prise en charge de cette mutuelle santé senior pour ces deux niveaux est de 250 euros par an et 300 euros par an pour le niveau 4. Les intéressés peuvent simuler le remboursement de cette mutuelle santé pour obtenir un devis personnalisé de leur couverture santé.