Comment peut-on définir les assurances santé ?

Par simple définition, l’assurance santé adhère à la catégorie des assurances de personnes. En effet, les assurances de personnes sont des assurances qui visent à garantir les assurés contre d’éventuelles menaces pouvant porter atteinte à l’intégrité de leur personne, aussi bien physique que psychologique. Ces menaces éventuelles de la vie, désignées en tant que tels sont, entre autres, dans le système juridique et social, l’accident, la survenue de maladies, la vieillesse et la mort.

Les assurances des personnes ont été élaborées en vue de combler aux insuffisances budgétaires des assurés, pouvant découler de la survenue d’événements brusques. On peut invoquer par ailleurs comme exemple les assurances santé qui contribuent dans le cas d’une maladie ou d’un accident grave engendrant des soins et dont toute ou partie du prix bénéficiera d’une prise en charge de la part de l’assureur. Il y a aussi les assurances décès qui prévoient l’octroi d’une rente ou d’un capital décès lors du décès de l’assuré, de quelle cause soit-elle.

Les assurances des personnes sont tout à fait différentes des assurances de biens, qui ont été mises en place dans le but de protéger les biens, comme leurs patrimoines et non à protéger les personnes des menaces pouvant leur nuire physiquement ou mentalement.

L’assurance santé est intégrée entièrement au sein des assurances dites IARD (Incendie Accident et Risques Divers), aussi surnommée « Assurance non-vie », par le fait qu’elles réunissent la grande majorité des assurances qui ne font pas partie de la branche « Vie ». Ces assurances trouvent leurs particularités par le système de gestion des primes : en amont, pour les assurances « non-vie », la gestion des primes se fait par répartition, alors qu’en aval, en ce qui concerne les assurances « Vie », la gestion des primes, elle, se fait par capitalisation.

Compte tenu de son appartenance à l’assurance « non-vie », l’assurance santé tient compte du principe indemnitaire d’indemnisation des sinistres : ce système exige que la compensation  financière attribuée à l’assuré victime du sinistre, soit égale à la somme qui rétablira l’assuré de sa situation patrimoniale tel qu’il l’était avant même la survenue du sinistre. Notamment, ce système indemnitaire exclut de manière intransigeante que l’assuré soit dans une situation nantie par rapport à sa situation d’avant le sinistre. Pour expliquer cela de manière plus simple, le système indemnitaire décline catégoriquement que l’assuré se fasse fortune par l’intermédiaire d’un sinistre et ce, grâce aux prestations de l’assureur. Cela dit, de manière plus concrète, le contrat d’assurance santé n’octroiera aucunement une indemnisation au-delà du coût réel des soins attribués à l’assuré.

En somme, on peut dès lors avancer que l’assurance santé

  • suite à sa définition avancée plus haut, adhère à la catégorie des « assurances de personnes » car elle garantit des menaces pouvant incomber à l’intégrité d’une personne.
  • de par son système de mode de gestion, fait partie intégrante des assurances IARD ou assurances non-vies et tient compte du principe indemnitaire d’indemnisation des sinistres.

Une reforme des prises en charge santé par les assureurs et mutuelles a été annoncé en 2018 et devrait prendre forme d’ici 2021. Afin de vous assurer un passage tout en douceur vers ce nouveau fonctionnement, l’année 2020 promet quelques changements en la matière.

Un remboursement 100 % de certains dispositifs santé
Encore aujourd’hui, les mutuelles et assurances santé ne participaient qu’à certaines hauteurs des dépenses liées aux frais d’hospitalisations et à la santé. Mais depuis peu, les autorités françaises envisagent un remboursement 100 % pour les lunettes, les prothèses dentaires ainsi que les prothèses auditives.

Un changement dans les offres santé
Pour assumer ces nouveaux coûts liés à ce changement, certains assureurs envisagent de changer du tout au tout leur pack santé d’ici le début de l’année prochaine. Et non seulement, il y aura des offres spéciales pour les dispositifs santés concernés par la reforme, mais les assurés pourront également résilier à tout moment et sans frais, sans attendre la date d’anniversaire du contrat. Un moyen pour ceux de rester compétitif sur le marché.

Aucune augmentation des charges selon les autorités
Ne vous inquiétez pas ! Les autorités mettent tout en œuvre et comptent mettre sur pied un groupe de suivi qui s’assurera que les organismes d’assurance n’imputent pas la différence à ses clients. Selon la ministre de la Santé Agnès Buzyn, ces entreprises sont tout à fait à même de gérer la différence sans être en faillite.