Frais optiques : les différents modes de remboursement

L’optique est l’un des postes santé les moins pris en charge par la sécurité sociale. Le taux de remboursement que prévoit le régime obligatoire pour les frais optiques n’est qu’à hauteur de 60% du tarif de convention. Pourtant, le véritable coût des soins ou des dispositifs optiques sont beaucoup plus élevés que ce tarif imposé. Du coup, les patients ont alors une lourde somme à prendre en charge, soit le reste des frais non remboursé par la sécu. C’est pourquoi, la souscription à une bonne mutuelle est de plus en plus intéressante. En effet, son principal rôle est de prendre en charge le reste de ces frais en question, qui, sans la mutuelle, sera endossé par le patient. Cette situation est de plus en plus difficile compte tenu de la crise économique qui atteint tous les domaines.

Pour la mutuelle optique, deux types de remboursement peuvent être proposés. Premièrement, il y a le remboursement en pourcentage et deuxièmement, le remboursement en forfait. En ce qui concerne l’achat de lunettes ou de lentilles, le taux de remboursement prévu par la mutuelle est de 40% du tarif de convention de la sécu.

Le remboursement en forfait est surtout utilisé pour l’opération de la myopie et l’achat d’une paire de lunettes pour enfant. En effet, l’opération et l’achat de ce type peuvent être très onéreux. Ainsi, le cas échéant, le remboursement au forfait s’avère plus avantageux que le remboursement en pourcentage.

Il est parfois difficile de faire le choix entre ces deux modes de remboursement. Pour avoir une idée sur quel type de remboursement choisir, il convient tout d’abord de préciser ses besoins, pour ensuite, s’orienter directement vers le contrat le plus intéressant, que ce soit au niveau du tarif ou au niveau de la garantie. Il ne faut pas oublier non plus que le plus important est que le contrat puisse répondre aux besoins santé du souscripteur. Ce point reste le plus important. En cas de difficulté ou de fortes embrouilles, il est conseillé de faire appel à un courtier, à une assurance santé ou à un conseiller en assurance. En effet, ces derniers seront en mesure d’aider l’usager à trouver la meilleure offre de mutuelle adéquate. Ca simplifiera ainsi la recherche du bon contrat.

Effectivement, ces derniers sont des professionnels en matière d’assurance. Leur intervention ne s’arrête pas à la recherche du contrat adapté mais ils sont également tenus d’assister l’assuré durant la durée du contrat conclu, ainsi que le suivi du contrat. Et le meilleur, c’est que ces professionnels sont aptes à négocier directement le coût du contrat au sein de l’organisme de mutuelle.

En 2017, le candidat Emmanuel Macro a promis durant sa campagne électorale l’offre « 100% Santé », c’est-à-dire que les patients rattachés au régime général de la Sécurité Sociale et adhérents à une mutuelle Santé ne vont plus payer le reste à charge. Notamment, s’il s’agit d’achat de lunettes, de prothèses dentaires et de prothèses auditives, le remboursement est intégral à partir du 01er janvier 2020.

Spécifiquement pour les soins optiques, le RAC 0 divise en 2 catégories les montures et les verres. En effet, les verres et les montures de classe A concernent un reste à Zéro, et le patient ne paie aucun centime d’euro. Tandis que pour les verres et montures de classe B, non inclus dans le panier 100% Santé, l’assuré se doit de régler un reste à charge. C’est-à-dire ce que la Sécurité sociale et la mutuelle ne prennent pas en charge.

Pour que les patients puissent choisir avec sérénité et transparence les produits en optique, les opticiens dédiés s’engagent à respecter les règles, notamment pour les produits de classe A. Pour ce faire, ils proposent au minimum 17 montures en couleurs différentes pour les adultes, et 10 montures en 2 couleurs pour les enfants. Avant le remboursement, le prix des montures est limité à 30€ max. Les verres concernés par la reforme 100% santé, doivent s’adapter tous aux corrections possibles et envisageables. Selon le goût du patient, les verres doivent être amincis, antireflets et anti rayures.

Si le patient choisit d’autres catégories, outre les verres et les montures de classe A, la mutuelle optique ne rembourse que 100€ de la monture de classe B. En résumé, les remboursements s’effectuent comme suit : Pour les verres uni-focaux avec une correction entre -6 et 6 dioptries, le plafond de remboursement est de 420€. Pour une correction plus forte, le plafond peut aller jusqu’à 700€, c’est-à-dire une correction entre -8 et +4 dioptries. S’il s’agit de verres multifocaux et progressifs, le plafond de remboursement va jusqu’à 800€.

Ces plafonds sont disposés dans le cadre du RAC 0. Quant aux montures, le plafond ne peut pas dépasser 100€ à titre de remboursement. Le plafond est établi tous les 2 ans sauf pour les renouvellements anticipés sur ordre du praticien.