À 55 ans, vous êtes à la recherche d’une meilleure mutuelle santé plus adaptée ?

Bref, souscrire une complémentaire santé spéciale senior doit être la meilleure recommandation, si la personne franchit les 55 ans d’âge, après avoir été un salarié ou un travailleur non salarié. Il s’agit d’un changement qui promet des avantages, y compris les meilleurs remboursements sur certains soins parfois courants chez les personnes âgées. Dans ce billet, il s’agit de rappeler que le senior se doit de prioriser sa santé vis-à-vis des autres activités comme les loisirs, les voyages, etc. Puis, l’on va parler des points de situation sur les risques de santé des seniors et puis quelle meilleure mutuelle pour les seniors.

A 55 ans, les dépenses de santé commencent à augmenter, pourtant inversement le pourvoir d’achat décroit lorsqu’on entre dans la situation de retraite. Parmi les postes de dépenses de la vie au quotidien, la santé se trouve en première ligne, d’où le choix de la mutuelle santé s’avère un sujet sensible et délicat. Le senior cherche à trouver l’équilibre entre la couverture essentielle et la capacité financière pour que sa santé reste prioritairement bien entretenue. Bref, la santé est un enjeu privilégié pour les seniors.

Arrivée à 55 ans, l’âge de retraite, la plupart de seniors se sentent avoir retrouvé une liberté, adieu les horaires de travail impérieuses, bonjour au temps de repos et de voyage et de loisirs, mais qu’ils n’oublient pas que les besoins de santé s’amplifient. Les seniors ont donc intérêt à se maintenir en forme, et en cas d’incident qui ne manque jamais dans la vie, ils doivent se préparer pour une prise en charge adéquate dont une bonne mutuelle santé senior.

Pour garder la bonne santé, plutôt pour choisir les moyens de garder la bonne santé, le senior est d’abord dans l’obligation de faire des bilans globaux et des dépistages réguliers de certaines maladies, notamment le cancer. En cas de suspicion de maladies caractéristiques des personnes âgées, le senior se doit de consulter un cardiologue, un rhumatologue, un urologue, suivant la situation et la sensation. Il y a également la détérioration de la vue, de l’audition et des dents, et le senior ait intérêt de prévoir les maux en consultant au préalable les spécialistes, pour une histoire d’alléger les dépenses de soins. Toutes ces consultations ne sont pas gratuites, mais il faut trouver les moyens de se faire rembourser au maximum, sinon trouver de l’aide prévue par le gouvernement et la sécurité sociale à l’endroit des seniors. Il est donc opportun de faire le point sur les risques de santé des seniors, dans le paragraphe suivant.

Bien évidemment, les risques de santé coûtent relativement chers pour les seniors lorsqu’ils franchissent la cinquantaine. Il est important de savoir sur quels points faut-il porter les attentions au moment de choisir la mutuelle senior.

Selon les observations, lorsque les dépenses de santé des seniors augmentent, elles dépassent plus de 6% de leurs revenus lesquels sont en baisse à la période de retraite. Les points à surveiller sont alors les postes de soins plus concernés que les autres, selon l’état de santé du senior. Cette proportion augmente avec l’âge du senior, mais à plus de 75 ans, elle diminue.

Etant donné le reste à charge relativement important pour les seniors, plus de 25% d’entre eux renoncent à des soins courants, en préférant porter prioritairement sur les soins dentaires et optiques qui s’avèrent sérieux et inévitables.

L’hospitalisation est un risque à prévoir par les seniors, quel que soit son état de santé au moment de choisir les garanties, car l’hospitalisation n’est pas très prévisible et parfois incontournable en cas d’accident de la vie. Surtout que le senior ait une affection de longue durée (ALD) le reste à charge moyen est estimé aux environs de 2900 Euros. Il y a des dépenses incompressibles lors d’une hospitalisation. Outre le ticket modérateur, il y a le forfait hospitalier qui s’accroît selon la politique de l’Etat, par exemple en 2018 c’était à 18€, et en 2019, c’était 24€ par jour. Et si le senior hospitalisé doit prendre une chambre particulière, le reste à charge va grimper incontestablement.

D’autres frais risquent se produire lors qu’une hospitalisation par exemple les dépassements d’honoraires des chirurgiens ou des gynécologues ou d’un ophtalmologue, surtout que ces personnels de santé interviennent à titre privé à l’hôpital. Les seniors en ALD sont les plus exposés à de tels dépassements d’honoraires. Pourtant le risque est sérieux si le senior tend à renoncer aux soins nécessaires, au risque d‘entraîner d’autres problèmes de santé.

A plus de 50 ans, les soins et les appareils dentaires et optiques ainsi que les aides auditifs et les diverses prothèses sont les éléments qui risquent de gonfler inévitablement le reste à charge des seniors. Par exemple, pour une prothèse dentaire, le senior doit payer un reste à charge aux environs de 800€. De surcroît, les remboursements en optique restent très faibles, par exemple une paire de lunettes facturées à 900€ est remboursé seulement à raison de 250€. Tandis qu’un appareil auditif de 1500€ est remboursé seulement à raison de 650€.

Effectivement, les dépenses de santé s’accroissent parallèlement avec le niveau de fragilité du senior. Il y a une liste de soins nécessaires pour les seniors, mais tout dépend des moyens financiers pour supporter une moyenne de 3000€ par an, juste pour les produits pharmaceutiques et les appareils et matériels sanitaires incontournables avec l’âge. Les quelques interventions d’un kinésithérapeute et auxiliaires médicaux risquent de dépasser les 1100€ par an dans le but d’apaiser la fragilité.

A 55 ans, notamment à la veille de la retraite, le senior doit choisir entre la portabilité de la mutuelle d’entreprise obligatoire et une mutuelle individuelle. La réalité est qu’il n’échappe pas au cercle vicieux, soit payer moins avec des garanties limitées ou payer plus pour jouir un remboursement plus performant. Avant de décider, il est contraint de prendre connaissance de la réalité pour chacune de ces deux offres, et faire une comparaison, après avoir pris conscience des risques énumérés supra.

Avant de choisir une mutuelle individuelle, il faut d’abord vérifier la bonne garantie d’hospitalisation, car les plus âgées ont parfois besoin d’une assistance plus rapprochée au niveau d’une structure expérimentée. D’autant plus que les risques de santé liés à l’âge s’accroissent inévitablement, tel qu’il est annoncé plus haut. A posteriori, les frais d’hospitalisation se trouvent en premier poste parmi tant d’autres. De surcroît, une hospitalisation est imprévisible et non planifiable.

Le deuxième critère est une mutuelle senior permettant la réduction maximale du reste à charge. Théoriquement, l’option garantie 100%, avec un retenu de 1€ pour la participation forfaitaire, ne permet au senior qu’un remboursement relativement faible, de la part de la mutuelle, comparé à une mutuelle qui rembourse à base de 125%. Si le senior veut un reste à charge nul, il se doit de souscrire une mutuelle qui couvre plus de 300%, c’est-à-dire trois fois la base de remboursement de la sécurité sociale. En effet, le senior spécule entre cotisation élevée, reste à charge faible, besoins de soins, situation personnelle. Pour conseiller le senior, qui doit choisir la meilleure mutuelle et adaptée à sa situation, il doit utiliser à bon escient le comparateur mutuelle seniors, où il peut changer les paramètres jusqu’à ce qu’il trouve les meilleures conditions.

Il ne faut pas oublier d’introduire, dans l’étude comparative, le remboursement des soins auditifs et optiques et dentaires, sachant que ces soins sont plus fréquents avec l’âge. Il ne faut pas non plus négliger la médecine douce et les cures thermales. De plus, il doit être au courant de la réforme Santé, des nouvelles normes et de la législation en vigueur.