Qu’en est-il du marché de l’assurance obsèques ?

L’assurance obsèques, on en parle de plus en plus dernièrement. En tout cas, celle-ci n’est pas touchée par les mêmes difficultés que rencontrent d’autres produits financiers. En réalité, le nombre de personnes souscrites n’a cessé d’augmenter depuis 2003, et actuellement le taux s’élève à 75%. L’assurance obsèques se présente sous deux formes différentes. D’une part, elle propose des contrats riches en prestations et, d’autre part, des contrats spécialisés en capital. D’un point de vue global, c’est la deuxième option qui fait beaucoup plus d’effets sur le marché. En effet, elle représente environ les trois quart du marché de l’assurance obsèques. Il est à savoir que le contrat en capital consiste à remettre une somme d’argent à un bénéficiaire désigné par le défunt au préalable, afin que celui-ci puisse réaliser en toute sérénité les préparations et les organisations des funérailles de l’assuré en question.

Mis à part ces bons résultats, il est à tenir compte que ce marché demeure très porteur. La FFSA a fait un sondage sur les souscripteurs de cette assurance assez particulière et d’après les chiffres, seulement 17% des personnes décédées ont eu recours à une assurance obsèques pour ses funérailles, en 2009.

L’âge moyen d’adhésion est fixé à 18 ans. Le public cible de ces produits est ainsi très nombreux même si pour la plupart du temps, les gens ne pensent à effectuer ce type de démarche que vers la quarantaine ou la cinquantaine.

Comme pour d’autres produits, l’assurance obsèques a également connue une hausse de prix. En effet, celle-ci est également concernée par la majoration générale sur le montant des capitaux garantis. Plus précisément, la cotisation s’est élevée en moyenne à 4 100 euros en 2009. En ce qui concerne les contrats en prestations, cette augmentation équivaut à 11% de plus par rapport à l’année précédente. Pour ce qui est des contrats en capital, la hausse est de 9%, pour une somme de cotisation s’élevant à 3 730 euros. Il est à noter que ces chiffres sont recueillis sur la même période.

Malgré le fait que le montant des cotisations devient de plus en plus important, la couverture ne semble pas être réellement suffisante par rapport à dépenses réelles. Notamment, c’est le cas d’une inhumation, étant donné que le tarif actuel qui est d’environ 4 000 euros, alors qu’il y a deux ans, le coût n’était que de 3 000 euros si le coût d’une crémation est de 3 500 euros.