Que peut-on dire sur l’assurance obsèques ?

L’assurance obsèques est un procédé destiné à protéger les proches d’un particulier vis-à-vis des problèmes financiers que peut engendrer un décès. De ce fait, la compagnie d’assurance octroie un capital à la famille dans les 48 heures après que cette dernière transmette les pièces prouvant le décès. Un courtier d’assurance mandaté par l’entité assureur a le pouvoir d’administrer cette possibilité d’assurances obsèques. Comme toutes les assurances, elle est fondée sur l’indemnisation du risque d’où il y a cotisation des adhérents pour l’assurer financièrement d’éventuelles préjudices (ou décès). Au sujet de ce principe d’assurance obsèques, le capital décès versé pour l’assuré n’emprunte pas certainement les usages de l’assurance simple étant donné que le décès n’est pas une menace ordinaire et se manifestera indubitablement.

Qu’en est-il de l’histoire de l’assurance obsèques ?

La Grande ordonnance de la marine estime que les Assurances obsèques, demeurées longtemps prohibées,  sont « réprouvées et contre les bonnes mœurs » (Livre III Chapitre VI Article X), de peur que cela  cherche à souhaiter le décès de l’assuré. Sous l’empire Britannique. On a pu les identifier mais camouflées en gageure, ce qui était facteur de blocage pour son expansion puisqu’elles sont problématiques et origines d’exaspération. En France, un organisme d’assurance vie a été fondé en 1787. Pourtant, cela a été momentané. Décidément, il aura fallu patienter jusqu’à un arrêt du Conseil d’Etat de 1818 pour agréer la création de l’assurance décès.

Qui sont concernés par l’assurance obsèques ?

  1. Le souscripteur : c’est la personne physique qui adhère au contrat d’assurances obsèques auprès d’un organisme d’assurance en vue de faire bénéficier sa famille ou ses proches d’un capital décès s’il venait à mourir. C’est cette personne qui verse les cotisations pour former le capital décès.
  2. L’assuré : celui-ci peut s’agir du souscripteur même, c’est la personne qui est à assurer pour le décès.
  3. Le bénéficiaire : suite au décès, c’est au bénéficiaire que revient le capital décès. Ce bénéficiaire peut avoir été sélectionné par le souscripteur lui-même de manière directe (nom, prénom ou raison sociale au cas où il s’agirait d’un prestataire funéraire) ou de manière indirecte (proches, membres de la famille, conjoint…)
  4. L’assureur : c’est la compagnie d’assurances auquel le souscripteur a adhéré, l’assureur se porte garant d’octroyer le capital décès aux bénéficiaires après décès de l’assuré.
  5. Le courtier : c’est celui qui est mandaté par l’assureur au cas où la commercialisation se fait indirectement. En d’autres termes, il est le représentant entre l’assureur et le souscripteur.

Quels sont les différents aspects de l’assurance obsèques ?

L’Assurance Obsèques se distingue sous deux aspects distincts :

  • Il peut naturellement s’agir d’un contrat de financement dont l’assuré procèdera mensuellement à des cotisations. En cas de décès de ce dernier, les cotisations ou « capital décès » seront attribuées selon son choix, soit à sa famille soit à un organisme de prestations funéraires.

Ou bien d’un contrat en prestations qui consistera, depuis l’adhésion de l’assuré, en la prise en charge des différents services et étapes par lesquels la dépouille devra passer (embaumement, cérémonie, incinération, inhumation…)