Prise en charge des vaccins par les mutuelles

Toutes les garanties proposées par les mutuelles doivent prévoir un remboursement de n’importe quel vaccin, de la consultation médicale prévue à cet effet, ainsi que tous les actes infirmiers.

Calendrier des vaccinations

Suivant respectivement un calendrier vaccinal, la vaccination sert de protection personnelle, de diminution des risques aux maladies infectieuses. C’est l’une des actions de prévention les plus efficaces. Il faut tout de même respecter les dates de rappel.

A partir du 1er mois, le BCG protège les nourrissons de la tuberculose. La vaccination peut être faite jusqu’à l’âge de 15 ans.

Au 2e mois du bébé a lieu la 1ère injection de la vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite, l’haemophilus influenza b, le pneumocoque et l’hépatite B.

Au 3e mois, une 2e injection doit se faire contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite, l’haemophilus influenza b et le pneumocoque

La 3e injection des vaccins effectués au 2e mois est reprise au 4e mois du bébé, avec la 2e injection contre l’hépatite B.

Ensuite, entre le 9e mois et le 12e mois, on doit effectuer la 1ère injection contre la Rougeole, Oreillons, Rubéole pour les enfants qui vont en crèche avant leur 12 mois.

Au premier anniversaire du bébé, on doit procéder à la première injection contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. Par la même occasion, un rappel d’injection contre le pneumocoque a lieu.

Entre le 16e et le 18e mois, de nombreux vaccins effectués au 4e mois sont rappelés, tels que la 3e injection contre l’hépatite B et 2e injection contre la rougeole, les oreillons et la rubéole.

À 6 ans, on procède au rappel des injections contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite.

Un rattrapage des injections contre la rougeole, les oreillons  et la rubéole peut encore se faire.

Entre 11 et 13 ans, on reprend les injections similaires à celles effectuées pour les 6 ans, et en supplément, le rappel d’injection de l’hépatite B et injection de la varicelle.

A partir de 14 ans, aux environs de 20 ans et après 65 ans, il y a encore différents rappels de vaccins mais à des fréquences plus espacées.

Tous les ans, les personnes asthmatiques doivent être vaccinées, il en est de même pour celles qui souffrent de pathologie rénale, cardiaque, métabolique ou immunologique,

Les personnes atteintes de la drépanocytose doivent aussi être vaccinées une fois par an. Il en est de même pour le personnel marinier et aérien ainsi que les professionnels dans le cadre du transport.

Tous les professionnels de santé doivent être également vaccinés ainsi que le personnel d’institution médicalisée et les enseignants car tout le monde pourrait être facilement contaminé par le virus et aussi ceux qui souhaitent la prévention.

Retard dans les vaccinations

Si le délai mentionné dans le calendrier est écoulé, il est inutile de tout reprendre du début de la série de vaccination. Dans ce cas, il faudrait juste revenir sur le point où la vaccination s’est arrêtée, puis continuer le programme en injectant le nombre d’injections requis, suivant l’âge.

Le remboursement des vaccins par la mutuelle

La plupart des mutuelles ou des assurances santé remboursent l’écart entre le coût total de la vaccination (vaccin + injection) et la part de remboursement des frais médicaux par la Sécurité sociale.

Par ailleurs, les mutuelles santé sont très utiles dans le cas de vaccins non obligatoires et donc non remboursés par la Sécurité sociale. Il s’agit, par exemple des vaccins obligatoires pour voyager dans certains pays, mais qui ne le sont pas sur le territoire français. Dans ce cas, le produit et l’injection seront à votre charge (ou à celle de votre mutuelle santé selon les termes de votre contrat).