Mutuelles en France : Rapport sur les génériques et 10 propositions de restaurations de la confiance (2012)

Seulement moins d’un quart de boîte de médicament délivrée répertoriée, soit 22 % constituent un médicament générique sur le territoire français. Par contre la vente de ce produit prend plus d’ampleur, soit 2/3 des ventes en Allemagne et au Royaume-Uni, dont 64 % et 66 % respectivement. Quant aux Etats-Unis, ce taux atteint 75 % des ventes. Ce rapport de 2012 faite par la Mutualité Française a été publié sur un site mutuelles santés. Par contre, la population d’outre-Atlantique et la population européenne le vivent très bien.

Bien que l’on ait découvert de nouveaux médicaments génériques en 2011, la vente de ceux-ci a connu une baisse en France.

Il est à savoir que les médicaments génériques permettent d’avancer vers une certaine innovation dans les soins. Celle-ci résulte des économies réalisées générées par ces produits qui sont aussi efficaces que ceux de marque. En 2011, l’assurance maladie aurait pu réaliser une économie d’un milliard d’euros si elle pouvait atteindre 100 % de substitution.

Le médicament générique n’en est pas encore à un point de développement satisfaisant, faute d’une légère crainte chez les consommateurs français ainsi que certaines politiques de l’industrie pharmaceutique.

Pour regagner la confiance de la population, la Mutualité Française décide de mettre en place 10 propositions de restauration de confiance et établit un document sur l’état des lieux. Ainsi, la mauvaise considération des biosimilaires2 sera supprimée.

Pour la Mutualité Française, les médecins devraient de plus en plus s’orienter vers la prescription de médicaments génériques. Le principe est également appliqué en pharmacologie en utilisant la DCI (dénomination commune internationale). Ainsi, plus de génériques puissent s’ajouter dans le répertoire, comme pour le cas des médicaments contre l’asthme. L’Assurance Maladie et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) sont encouragées à créer un répertoire de médicaments génériques. Ce répertoire pourrait être d’une grande aide pour les médecins afin qu’ils puissent prescrire aux patients des médicaments génériques qui agiraient de le même façon que les princeps mais qui coûteraient beaucoup moins chers. La Mutualité Française demande également à ce que l’échéance des brevets soit bien indiquée, qu’il y ait une bonne transparence dans la vente et la politique de prix des génériques. Un répertoire pour les biosmilaires2 accompagné d’une politique de prix qui convienne à l’essor de l’offre des génériques, sont également demandés par la Mutualité Française.

Tout comme les autres médicaments et les princeps, les génériques respectent des règles de contrôle pour la sécurité des consommateurs et arborent les mêmes effets thérapeutiques que les médicaments de vraie marque.

(1) La Mutualité Française s’est engagé depuis 30 ans, à favoriser les produits génériques. Afin de justifier les dénigrements, elle a publié un document se rapportant à ces médicaments. Le statut réglementaire, les brevets et les différentes étapes suivies par les produits avant leur lancement été aussi bien éclairés par la Mutualité Française. Est également mise en évidence, l’attribution de chaque institution contribuant ou non dans le développement des génériques, telle que les médecins, l’industrie, les pharmaciens, la sécurité sociale et les consommateurs. Le rapport de la Mutualité Française indique également pour ce qui en est de l’état économique et réglementaire des biosimilaires2 ainsi que leur éventuelle efficacité.

(2) Le médicaments copiés provenant des biotechnologies.

(3) Le principe actif ainsi que les molécules du médicament sont indiqués d’après la DCI (Dénomination Commune Internationale), un principe mis en place par l’OMS (Organisation mondiale de la Santé).

Description de la Mutualité Française

La Mutualité Française est une fédération de près de 500 mutuelles santé en France, dont le Président est Etienne Caniard. Plus de la moitié de la population française sont souscrites à une mutuelle, dont 18 millions d’adhérents et 38 millions d’assurés. Après l’Assurance Maladie, ce sont les mutuelles qui contribuent dans la couverture des frais de santé. Les mutuelles sont en général des institutions à but non lucratif ou des sociétés de personnes dans lesquelles la dividende n’est pas versée. Les mutuelles ne sélectionnent pas les risques selon le code de la Mutualité.

La connaissance en matière de médication est requise dans les mutuelles. Une de ses principales activités consiste à réguler les frais de santé et à innover le plan social par le biais de 2 500 prestations de soins en coopération avec des institutions de santé telles que les hôpitaux, les centres de soins des yeux ou de la dent, des centres de santé médicaux, des centres destinés aux seniors, aux handicapés et aux enfants… La Priorité Santé Mutualiste est un service d’accompagnement pour les assurés, pour les aider à faire face aux maladies et les aider à connaître plus sur ce qu’ils souhaitent savoir sur la santé, quel que soit le domaine.

La Mutualité Française met également en avant des services de soins et d’accompagnement, tout ce qui se rapporte à la promotion et la prévention de la santé en coopération avec régions unies.