Assurance santé et maternité : tout ce qu’il faut comprendre

Assurance maternité : il faut déclarer la grossesse

Il faut, dans une première démarche, déclarer  la grossesse à la Sécurité sociale avant le troisième mois pour ne pas tarder la prise en charge. A la première consultation, le soignant (médecin ou sage-femme) vous remettra le formulaire intitulé «Premier examen médical prénatal ». Le volet de ce document sera transmis à la caisse d’Assurance. Les deux bleus sont à remettre  à la Caisse d’allocations familiales.

En revanche, la Sécurité sociale doit vous remettre un guide de surveillance pour le suivi et les différents parcours de soins auxquels vous devrez vous soumettre pendant et après la grossesse.

Grossesse et accouchement : les avantages alloués lors de la maternité

Pour une assurée souscriptrice ou une simple rattachée à un contrat d’assurance, le remboursement des soins et de l’accouchement sont pris en charge de la Sécu.

Pour une affiliée d’un régime obligatoire, lors d’une grossesse, en voici les différents avantages alloués en sa faveur :

–           d’abord, le congé de maternité

–           ensuite, les indemnisations journalières, dans le cas de la disposition d’aux moins 10 mois d’immatriculation à la Sécurité sociale.

Pour une salariée, celle-ci doit informer son employeur afin de bénéficier des différents droits salariaux allouables pendant la grossesse. Par ailleurs, la durée du congé de maternité doit être également définie ensemble entre la salariée concernée et son employé afin de bénéficier des indemnités journalières.

Les remboursements lors de la grossesse

De la part de la Sécurité sociale, vous allez bénéficier de :

–           la totalité, c’est-à-dire les 100% de tous les frais de médicaments et pharmaceutiques, depuis le premier jour jusqu’au sixième mois de la grossesse.

–           huit séances pour la préparation à l’accouchement.

–           la totalité des frais d’accouchement et de séjour limité à deux semaines à l’hôpital ou dans une clinique conventionnée.

–           dix séances de rééducation abdominale post-natale

–           pendant un mois après la naissance, votre enfant bénéficiera d’une couverture à 100% des soins à l’hôpital ou en clinique.

N’oubliez surtout pas d’avertir la complémentaire santé car la prise en charge de la Sécurité Sociale semble bien limitée. En cas pratique, elle exclut les différents frais annexes comme les dépassements d’honoraire ou l’obtention d’un chambre particulière, d’où la nécessité de la complémentaire santé.

Votre enfant est né : pensez aussi à avertir votre complémentaire santé

Suite à votre accouchement, vous devrez transmettre l’acte de naissance de votre enfant à votre Assurance Maladie. Sur ce, il faut faire une demande de rattachement de l’enfant sous immatriculation de Sécurité Sociale d’un des parents.

Il faut penser également à faire la même chose auprès de l’assurance complémentaire santé pour que l’enfant puisse jouir de toutes les garanties. Pour cela, il faut envoyer un acte de naissance ainsi que la nouvelle attestation vitale à l’assureur santé.

L’assurance adaptée à vos besoins et à ceux de vos enfants

Vous la trouverez facilement en faisant recours aux services d’un comparateur d’assurances. Ce dernier vous propose ces prestations simplement et gratuitement en comparant les offres et en confrontant leur prix afin de trouver l’assurance complémentaire santé ou la mutuelle santé qui conviendrait à vos profils.