Assurance obsèques : vers un soutien financier en faveur des proches

L’assurance obsèques vous permet non seulement de soutenir financièrement vos proches, mais aussi d’anticiper la réalisation de vos funérailles.

Assurance obsèques : une multitude de formules

Si vous désirez vraiment épargner vos proches dans la réalisation de vos obsèques,  choisissez entre ces formules :

–        La souscription d’une convention d’assurance obsèques en capital : avec cette formule, le capital souscrit, constitué du vivant, sera versé au bénéficiaire à l’échéance, c’est-à dire, au décès.

–       Epargner la somme qui pourrait couvrir les prestations, environ 4 000 euros, sur un compte, auquel, le prélèvement serait possible avant la liquidation de la succession : comptes bancaires, postaux, ou épargne. De ce fait, l’agence funéraire serait payée directement via banque (au maximum 3050 euros).

Selon les situations, il est possible de pourvoir d’autres modes de financement.

Les proches s’occuperont de l’organisation de vos obsèques

Pour une option exclusivement financière, vous laisserez librement l’organisation de vos   obsèques à votre entourage : l’inhumation ou la crémation, le choix du type de cérémonie, le choix du cercueil et de la sépulture…il suffit que vous leur communiquiez vos souhaits à l’avance.

Cinq options de financement pour les obsèques

Pour réaliser un financement anticipé de vos funérailles, souscrivez à une assurance obsèques  et informez-vous sur les cinq autres modes de financements. Il est possible d’effectuer un prélèvement sur compte bancaire (selon l’article R.121 du code civil).

Il ne s’agit pas formellement de financement anticipé de vos obsèques. Par de simples épargnes sur des comptes ordinaires (livret de caisse d’épargne, comptes à vue ou épargne bancaire, compte chèques postaux), un prélèvement jusqu’à 3 050€ par vos proches sont possibles, lors de votre décès en attribut de payer les frais de funérailles. Peu importe que le compte ne soit débloqué ou non, dans ce cas, le règlement s’effectuera directement via banque.

Cette option pourrait être beaucoup plus avantageuse que l’assurance obsèques car, à prime égale, certains comptes épargnes présentent une rémunération importante.

Une déduction sur succession pour financer les obsèques

Selon les dispositions de l’article 775 du Code général des impôts

Apparemment, une déduction sur l’actif de la succession défunt pour financer les frais d’obsèques est possible. Plus précisément, une déduction du montant de l’héritage, celle-ci est limitée à 1 500€. Pour cela, les héritiers doivent se procurer des justificatifs auprès des services fiscaux (facture des frais de funérailles).

Un financement assuré par la CPAM

Une autre possibilité, si le défunt était encore en statut de salarié au moment de son décès, il se peut que la Sécurité Sociale verse un capital décès envers sa famille (conjoint, sinon des descendants ou ascendants directs).

Ce capital sera équivaut à trois fois du dernier salaire du défunt, mais limité au minimum à 332,76€ et au maximum à 8319€. Toutes les procédures pour l’acquisition de cette somme seront à la charge de la famille bénéficiaire.

Mutuelle ou caisse retraite : un autre apport

Des mutuelles et des caisses retraites prévoient l’octroi d’une « prime » pour concourir au financement des funérailles. Selon le contrat, cela peut se présenter sous la forme d’un forfait ou d’un capital qui sera versé, soit directement à l’agence prestataire funéraire, soit instantanément à la famille.