Alliance du groupe BPCE avec la Macif pour les très petites entreprises

Etre toujours attentif aux requêtes de l’ANI (Accord National Interpersonnel) pour l’instauration d’une garantie en matière de santé communautaire d’une entreprise, BPCE déclare une collaboration attachée avec la Macif, se positionnant sur le marché de la garantie santé des TPE.

L’application prévue au printemps 2015

Concernant la garantie supplémentaire en matière de santé des entreprises, le groupe BPCE est en dernière phase de sa tactique de changement. Les Très petites entreprises (TPE) qui emploient 20 employés et moins, le groupe BPCE grâce à son alliance avec la Macif offre une proposition sanitaire communautaire.

Le collaborateur porte sur un registre à l’occasion de la globalisation de la supplémentaire à tous les salariés qui prendra effet avant le 1er janvier 2016.

Le choix du groupe BPCE pour la Macif comme administrateur des conventions et porteur de menaces. Printemps 20158 : une publication de débits du produit.

Une collaboration supplémentaire

L’alliance du groupe BPCE avec la Macif : c’est pour préparer une garantie supplémentaire santé pour les Très Petites Entreprises (TPE). Cette collaboration comble la convention passée entre CNP Assurances et BPCE pour les sociétés qui emploient 20 employés et plus impliquant la garantie communautaire.

Eté 2014 : A noté que le groupe CNP Assurances est chargé de combler les exigences des employés, des entreprises clients et des professionnels à l’assemblée à partir du 1er janvier 2016 dans le réseau Banque populaire et le réseau Caisse d’épargne.

Du fait que le groupe BPCE se donne en en assurance communautaire sur le débouché économique des Petites et Moyennes Entreprises et Très Petites Entreprises, il souhaite s’élargir et se propager le plus possible du marché.

Pour obtenir une excellente convention de mutuelle santé collective, l’utilisation d’un instrument amplificateur de comparaison d’assurances professionnelles est nécessaire. En cela, cet appareil est nécessaire pour parvenir à des offres innombrables.

Qu’en est-il de la globalisation de la pris en charge des TPE ?

Les salariés des TPE (Très Petites Entreprises) ne sont pas persuadés par la complémentaire santé collective. En cela, une recherche d’opinion Way s’est effectuée pour le compte de l’Assurance Auto MAAF montre que plus de 50 % d’entre eux consolideront leur complémentaire en matière de santé d’entreprise par une sursupplémentatité éprouve de l’inquiétude que l’assurance vie n’est pas suffisante.

La peur des employés d’être renvoyés

Le recherche évoque par l’opinion Way a été effectuée selon les commentaires de 1 000 salariés et de 400 employeurs d’une société de Très Petites Entreprises faisant travailler 1 à 9 employés.

Les aboutissements de cette étude ont provoqué des craintes certaines chez les employés vis-à-vis de l’ANI (Accord national interprofessionnel) promulgué le 11 janvier 2013. En cela, neuf dixième des salariés s’inquiètent sur les effets que l’Accord national interprofessionnel pourrait engendrer dans les sociétés qui sont contraints de l’instaurer sans dépasser la date du 1er janvier 2016.

L’acceptation de verser des prestations proposée par les dirigeants en fait partie des inquiétudes des salariés. En effet, presque la moitié des dirigeants d’entreprise interrogés ont l’intention de ne pas donner qu’une prise en charge minimale.

De plus, un salarié sur dix questionné manifeste une crainte que selon laquelle l’Accord national interprofessionnel peut causer le licenciement de ce dernier de la société au sein de laquelle il travaille.

Au final, les employés craignent également un gel de leur revenu, une réduction de leurs privilègess sociaux et ils craignent surtout que les recrutements au niveau des entreprises soient en baisse.

Les employeurs d’entreprise incrédules

Malgré l’existence de la santé collective, pourtant présente dans d’innombrable sociétés, les employeurs ne sont pas très enthousiastes.

Si on considère que 50 % des employeurs optent pour l’instauration prématurée de la globalisation de la complémentaire collective pour les employés du secteur privé, presque les ¾ des employeurs sont assez réticents à l’idée qu’on l’applique bien avant le 1er janvier 2016. Parmi ces 3/4, moins de la moitié n’accepte pas d’instaurer l’ANI avant cette date.

Identifier la mutuelle sanitaire la plus avantageuse ne doit être trop difficile. Il suffit d’utiliser un comparateur d’assurances professionnelles et le tour est joué.